mardi 2 octobre 2012

La réno - Part 2


Vous avez peut-être lu une de mes premières chroniques qui portait sur mes talents en rénovation. On dit qu'on apprend de nos erreurs. Ça reste à prouver dans mon cas.

Un petit résumé s'impose. Ma dernière aventure au pays de la rénovation domestique s'est soldée par une douzaine de visites à la quincaillerie, un weekend perdu, une facture salée et un gros mal de tête. Tout ça pour changer un robinet qui fuyait.

Un combat très similaire s’annonçait  sauf que cette fois, j'y vais pour la totale dès le départ. Ainsi, pas de surprises et une seule visite chez mes amis du Réno-Dépôt !

J'ose ici emprunter le nouveau mot que j'ai proposé à Jean-Charles de Shaka pour décrire ses aventures (faut bien qu'il serve si on veut le soumettre au Larousse), soit "Shakisme". Effectivement, tout ce qui semble simple au début va forcément apporter son lot d'imprévus de façon inversement proportionnelle à l'apparence de simplicité de la tâche.

Le projet


C'est simple: Ma petite salle de bain du rez de chaussé a besoin d'une cure de rajeunissement. Le robinet fuit un peu, l'évier perd son émail, et le comptoir imitation faux semblant de granite marbré artificiel est, disons-le, pas super tendance ! Conclusion, on change tout ! Ainsi, un seul aller-retour sera nécessaire. Il n'y a qu'à prendre les bonnes mesures. Le comptoir mesure 42 pouces et 1/8. les tuyaux ont 12 pouces de haut ! Je regarde bien les raccords pour acheter les bonnes valves ! On dirait bien que des 90 degrés sont nécessaires.



Première visite


On trouve le comptoir idéal, mais il est juste un peu trop large. Pas grave, ils ont un service de coupe. On trouve le lavabo tout de suite et les jolis robinets en liquidation. Je crois rêver ! Bon, on prend des valves droites, ou à 90 degrés ? J'ai passé 3 minutes sous l'évier, mais je ne me souviens plus du tout. Mon instinct me dit de prendre une 90, mais mon amoureuse opte pour le contraire. Comme j'ai une confiance totale en mon instinct, on y va avec le choix de mon amoureuse !

Au comptoir de coupe, la scie murale est en panne, donc pas de coupe. La seule option est de laisser le comptoir et d'aller ailleurs, ou bien d'agrandir notre salle de bain de 6 pouces, tasser la porte d'entrée, bouger le mur du salon, et aménager une partie de notre cuisine chez les voisins. Allons-y pour un autre magasin. Heureusement, on trouve rapidement. Le maître coupeur, nous demande les dimensions. Je suis fier de répondre "quarante-deux et un 8" (ça fait pro !). Voyant qu'il a affaire à un vrai entrepreneur, il me répond: "Donc, on coupe à quarante-deux et un 16 ?".  C'est donc avec une assurance sans bornes que je lui remets ça: "Ben oui, comme ça il va me rester un trente-deux de chaque côté !". 

Fier que mes cours de calculs de fractions de sixième année m'aient enfin servis, je quitte la quincaillerie, impatient de me mettre au travail. Rien ne peut aller de travers ! Pourquoi alors j'ai cette petite voix qui me dit: "90 degrés, 90 degrés, …" ?

Valve story


Aussitôt entré avec le matériel, je regarde sous le comptoir. "Ah ben, ça prend une valve à 90 degrés !". Bon pas si grave, on se partage le travail: J'arrache le vieux comptoir et tout ce qui se trouve dessus, pendant que ma partenaire de course retourne échanger les valves droites pour des 90 degrés. Une fois le comptoir art-déco des années 20 arraché, j'ai une bien meilleure vue sur les tuyaux ! C'est magnifique, ou voit tout ! On peut même clairement apercevoir que c'était bien des valves droites que ça prenait ! Je téléphone aussitôt à mon assistante sur son mobile, qui se met à sonner juste à côté de moi ! Donc 15 minutes plus tard, elle revient avec les nouvelles mauvaises valves !

Pas grave, on se passera de valves. On installe le nouveau comptoir. Il faut comprendre ici que le comptoir doit occuper tout l'espace entre les deux murs (soit 42 pouces et 1/8). Le seul moyen de l'installer est de l'introduire dans l'espace en l'élevant d'un coté pour ensuite le déposer. Encore une fois, mes cours de mathématiques de 6e me rattrapent, mais un peu trop tard. Ce cher Pythagore m'avait pourtant dit que le carré de la diagonale d'un triangle rectangle égale la somme des carrés de ses autres côtés ! Traduction: j'ai un comptoir avec une pente de 30 degrés bien calé sur les deux murs. Pas si grave, si on penche le miroir et le cabinet de pharmacie de 30 degrés également, rien n'y paraîtra !

Idée rejetée. Va falloir trouver mieux. Si seulement la prise électrique n'était pas sur ce mur, je pourrais "insister" un peu plus pour pousser le comptoir à sa place. On ferme les coupes-circuits, j'enlève la prise, sans m’électrocuter, puis je tente de persuader le comptoir d'ignorer Pythagore pour une fois, à grands coups de poing ! À part les longues rainures creusées dans le gypse, le comptoir a compris où je voulais en venir et s'incline.

Un à zéro pour Hugues !

Trop facile


Il reste à faire le trou dans le comptoir à la scie sauteuse, assembler le lavabo et ses 38 composantes, le mettre en place dans son trou, reconnecter les tuyaux et voilà ! Tout fonctionne à merveille ! Il ne reste qu'un petit détail: Remettre l'eau qui a été coupée au sous-sol (on se souvient, y a pas de valves). Je suis confiant ! Au pire, deux ou trois petites gouttes m'aviseront qu'un petit quart de tour de plus est requis … Je crie donc à ma plombière favorite: "Go !".

J'essaie ensuite de réfléchir calmement, tout en essuyant l'eau qui me ruisselle à haut débit sur le visage. Je tente le quart de tour, ce qui me permet de compléter ma douche ! 

Une voix au sous-sol me demande:

"Est-ce que c'est ok ?".
"On va refermer la valve finalement, un petit ajustement est nécessaire je dirais !"

Plomberie: 1, Hugues 1 ! 

Ce n'est pas terminé. Mais ce foutu raccord ne se visse et ne se dévisse plus. Les filets sont foutus. Je n'ai pas le choix. Il est 18h, tout est fermé. Donc, on annonce la "soirée souper au micro-onde les mains sales !". Je regrette de ne pas avoir pris ma douche samedi matin ! Celle sous l'évier ne compte pas.

C'est la soirée idéale pour suivre un petit cours de soudure sur Youtube.

Jour Deux

Dimanche matin, après une petite toilette à l'eau de source Naya, nous fonçons chez Réno. Nous en profitons pour retourner nos valves à 90 degrés pour ensuite retrouver notre allée favorite. Un conseiller nous fait découvrir un joint sans soudure. Je suis presque déçu de ne pouvoir mettre mes nouvelles compétences à l'épreuve, mais bon, je venais sans doutes de me sauver d'un autre 48 heures sans eau, d'une facture de plombier, et peut-être une visite des pompiers (déception pour ma copine cette fois). Il nous conseille toutefois de mettre des valves ! Donc, on rachète les valves qu'on a retournées hier et ce matin. Je suis certain que le système de fidélisation informatisé du magasin va nous envoyer des spéciaux de valves pendant les prochains 6 mois.

Je coupe le bout de tuyau délinquant, insère le raccord magique, mets la valve. Essai numéro 2: "Go !". J'ai oublié de mettre mon masque de plongée, mais finalement, c'est pas si mal. Quelques gouttes tout au plus. Je donne le quart de tour, ce qui lui cloue le bec définitivement, mais le joint du lavabo est encore un peu triste. Un sceau sous le renvoie va faire l'affaire temporairement, moi je veux prendre une douche ! (Je promets de vous dire dans une prochaine chronique à quel point le mot temporairement peut s'allonger – ce qui me fait penser que je suis sûrement dû pour le vider).

Enfin, nous avons de l'eau … froide !!!! Contre toute attente, notre chauffe-eau ne remplit plus sa fonction première. On vérifie évidement les coupe-circuits. Ils semblent bien enclenchés. Non, je ne vais pas jouer à ouvrir le chauffe-eau. La dernière fois, j'ai eu la bonne idée de vérifier le courant avec un tournevis. La boule de feu qui s'est échappée du garde-robe pour traverser la pièce m'a convaincu d'éviter de m'approcher de ce dragon de métal !

Ça achève …


C'est donc au matin de la troisième journée sans douche que j’appelle le réparateur qui va venir dès que possible, soit entre 10h et 20h. Sa première question est évidement: "Avez-vous vérifier le coupe-circuit". Non, mais pour qui me prend-il ? J'ai vérifié 3 fois, ainsi que ma conseillère en électricité (elle me conseille de ne pas jouer à l'électricien, ayant été témoin de mon dernier spectacle de feu d'artifice).

Le professionnel se présente donc à l'heure prévue (difficile de ne pas être à l'heure). Il retire le panneau, branche son test-circuit (je recule un peu, par réflexe). Rien ! "Aucun électron ne traverse ces deux pôles, monseigneur ", traduction libre de "Y a pas d'jus !". Il vérifie le panneau de coupe circuit. Quoi ? Il ose mettre ma parole en doute !

"Le breaker est pas ouvert au fond mon homme ! Faut pousser fort. Signez icitte."

Mon orgueil en prend un vilain coup. Je suis presque tenté de lui répondre: "Pourtant, ma blonde m'a dit qu'elle avait bien vérifier ! Ah ! J'aurais du le faire moi-même !". Mais j'évite. Mon instinct, que j'écoute cette fois, me dit que mon intégrité corporelle pourrait en souffrir.

Malgré tout, j'ai vraiment appris cette fois. La prochaine fois, ça va bien se passer ! Tout ce que j'ai à faire c'est de ne toucher à rien et d'appeler un professionnel ! Mais c'est dispendieux … Bof, je vais sûrement essayer une dernière fois ! Y a justement le robinet de douche qui est brisé. Ça ne devrait pas être très compliqué ...

8 commentaires:

  1. c'est avec l’expérience qu'on devient vraiment bon a compliquer tout! ;)

    RépondreSupprimer
  2. Wow L'Opossum trépident, c'est tout un nom !

    Sinon bonne chance pour ton robinet de douche :P

    RépondreSupprimer
  3. Faut que j'essaie de réparer mon four ce soir, ça risque d'être encore pire !!!

    RépondreSupprimer
  4. Tiens toi en donc au BBQ, ça d'l'air quand même moins dangereux!!

    Avec mes années d'expériences, j'ai compris une chose... C'est pas parce que tu es un homme que tu es automatiquement un "manuel" capable de faire des travaux.. C'est pas donner à tous! C'est comme de dire que parce que tu es une femme, tu as automatiquement l'instinct maternel!! Heu... Non!! Moi je ne l'ai pas pentoute! Mais au moins, j'en suis consciente et j'évites donc de faire des enfants!! Toi, tu devrais éviter tous travaux manuel!! (O_o)

    RépondreSupprimer
  5. Ouep, finalement j'ai appelé un répérateur, je me rends pas plus loin que "changer les fusibles" et mon four avait pas du fusible ...

    RépondreSupprimer
  6. Merci Hugues,
    Ça faisait un boutte que j'avais pas rigolé de même.
    Tu viens de faire mon week-end. J'avais prévu changé le renvoie de la laveuse dans le connecteur adjacent à la cuve dans le sous-sol.

    C'est décidé... J'm'en va voir James Bond! Moins risqué.
    Bon weekend
    Normand

    RépondreSupprimer
  7. Hum... pas très actif ce blog :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélas, un grand manque d'Inspiration 2014. Mais peut-être un retour en 2015 !

      Supprimer