vendredi 3 août 2012

Le petit oiseau va sortir !


En cette période de vacances, je ne peux m'empêcher de penser à celui qui nous accompagne à chacune de nos escapades, à chaque moment important de notre vie ! J'ai nommé: L'appareil photo !

Également connu sous le nom familier de Kodak, comme dans: "On s'en va à Old Orchard, oublie pas ton Kodak, Fernande !", cet appareil déjà plus que centenaire est le témoin de tous nos moments heureux (ou gênants !). Étant moi-même un amateur de la boite à lentille, je ne pouvais passer outre ce phénomène de notre vie moderne.

Je l'avoue, j'aime prendre des photographies, ou comme disaient nos grands parents, des "portraits".

"Arrête de bouger Alphonse, le monsieur va prendre ton portrait !"

Il est tellement facile de nos jours d'immortaliser un moment historique, ou même banal. Surtout avec l'avènement des téléphones modernes. Il est maintenant pratiquement impossible de faire un fou de soi-même n'importe où dans le monde sans que quelqu'un n'immortalise le moment. Avant, on pouvait au moins argumenter:

"Non, tu te trompes, je n'ai pas grimpé sur la table de patio chez Nancy hier soir en maillot de bain,  avec un chapeau fabriqué avec le panier de fruits, en chantant Hound Dog d'Elvis, pour ensuite poursuivre Pétronille, sa chatte obèse, armé de ma fourchette, criant "Roast Beef ! Roast Beef !".

- Clic !



Un peu d'histoire

Depuis son invention, par Daguerre au 19ème siècle, ce petit appareil a beaucoup évolué. Au début, la couleur n'existait pas. Si on a moins de 40 ans, on pourrait croire que les gens dans les années précédant 1965 vivaient réellement dans un monde en noir et blanc. En regardant l'album de famille, on pouvait y découvrir Papa, posant fièrement devant sa nouvelle Ford gris foncé, Grand-maman à son voyage de noce  en Gaspésie avec son magnifique maillot charbon devant le majestueux océan gris pâle ! Sans oublier Tante Étiennette,  âgée alors de 5 ans arborant une magnifique chevelure argentée !

Ensuite, les petits appareils populaires comme les 110 et les 135 de Kodak se sont retrouvés dans chaque famille. Les films contenaient habituellement 24 poses (26 si on était audacieux !). On ne gaspillait jamais une photo. Il fallait oublier la spontanéité, et on prenait 20 minutes pour placer tout le monde en ordre de grandeur et on attendait que le soleil sorte du gros nuage en face du rocher percé et que le vent se calme pour ne pas défaire le toupet de Marie-Christine. Pas de place pour l'erreur. On essayait de prendre ses photos à l'extérieur, en plein soleil le plus possible, pour ne pas gaspiller un précieux flashcube !

De nos jours avec les appareils numériques, la photo s'est démocratisée. 24 photos c'est juste un échauffement avant de commencer le voyage.

"N'essaie pas Gilles, on a 467 photos de toi lorsque tu as finalement attrapé Pétronille et que tu as essayé de la mettre sur le barbecue !"

Vive l'asie

Ce que j'aime en vacances, c'est d'immortaliser des petits moments pour les revivre plus tard. J'ai cette constante peur d'oublier, donc, je documente tout. Mais pas à l'extrême. Observez un groupe de gens provenant d'un pays d’Asie et vous verrez souvent le même phénomène:

Meifeng prend une photo de Jiaying, Jinghua et Daiyu devant la statue de Jacques Cartier dans le vieux Montréal. Ensuite,  Jiaying prend la même photo, mais avec  Meifeng,  Jinghua et Daiyu. Puis c'est au tour de  Jinghua de prendre le même photo de  Meifeng,  Jiaying et  Daiyu ... Bref, vous avez compris.

Je suis certain qu'au retour dans leur pays, ils passent une soirée à s'échanger leurs photos, et se demander qui est donc cette personne représentée par la statue derrière elles !

Mais il est toujours intéressant de penser que notre visage se retrouve probablement dans des centaines de photos à travers le monde, parce que vous passiez là, au moment où Radha, de Delhi, prenait sa famille en photo. Vous devenez alors l'"étranger" de la photo. Qui sait, vous êtes peut-être un fantasme auprès le la jeune Shriya, qui admire secrètement votre photo depuis des années.

L'artiste

On ne peut le nier, la photographie est un art. Pour prendre une belle photo, il faut, ou bien avoir du talent et de l'expérience, ou bien en prendre 100 mauvaises juste avant d'en avoir une bonne. On doit penser à la composition et la règle d'or, l'exposition, l'ouverture de champs, et tout ça avant que votre blonde ne se fatigue et parte avec les enfants pour se baigner.

Personnellement, j'utilise la méthode des 100 mauvaises photos. J'ai encore le réflexe d'économiser les photos, puis je regarde l'indicateur qui m'indique (le nom est bien choisit ici !) qu'il ne me reste que 6785 photos à prendre avant de remplir ma carte mémoire. Ça fait baisser un peu la pression !

Je ne pourrais dire pourquoi, mais j'aime photographier les champignons en forêt. Peut-être parce prendre une photo d'arbre, c'est pas très original dans une forêt ... On marche dans le sentier d'un pas assuré puis, ma blonde et mon fils se demande soudainement "Mais où est Hugues ? Ah, le voilà couché par terre devant un autre champignon !"

Souvenirs de vacances

Heureusement que je suis le photographe familial car nous n'aurions aucun souvenir de nos vacances ! Tout le monde est bien content de redécouvrir quelques mois ou quelques années plus tard, ces captures instantanées de petits moment joyeux ! Même si j'y étais, je découvre à chaque fois des petits détails qui m'avaient alors échappés, comme:


  • L'océan est penché ! Contrairement à ce qu'on pourrait croire, la ligne d'horizon de l'océan n'est pas droite, mais bien incliné d'au moins 10 degrés vers la droite ou la gauche (ça varie d'une heure à l'autre). Dans une de mes photos, l'océan est droit, mais c'est mon amoureuse qui l'avait prise. Elle devait avoir abusé de Pina Coladas.
  • Je suis flou naturel. Sur toutes les photos de vacances où j'apparais, je suis flou. Je n'avais jamais remarqué avant dans le miroir. C'est peut-être une maladie ou une condition rare, je l'ignore. J'ai appris à vivre avec. Il faut dire également que c'est mon amoureuse qui me prends en photo ...

Malgré tout, jamais je n'arrêterai d'être le Paparazzi de mes vacances. Les photos auront beau être croches, floues, mal cadrées, elle nous font revivre des émotions et nous ramène dans le passé, mais surtout, elle nous rappellent qu'il faut profiter du moment présent !

Bougez-pas, tassez-vous un peu ... dites "cheeeeeeeeeeeeeese" !





2 commentaires:

  1. Hilarant !
    Je devine que tu fais certainement de la très belle photo !
    Mais quel conteur que je découvre grâce à Shaka
    Moussepépé
    ..._/)..

    RépondreSupprimer
  2. oui trop comique ta façon de raconter les choses j'adore! cheeeeeeezee

    RépondreSupprimer